Diner-débat de l’AITS : le cadre harmonisé de la gestion des finances publiques de l’UEMOA

L’Amicale des Inspecteurs du Trésor revisite le nouveau Cadre harmonisé de gestion des finances publiques de l’Uemoa à quelques mois de son application.

Dans le cadre de leurs activités, les inspecteurs du Trésor se sont retrouvés, le temps d’une soirée, le samedi 13 août 2016 pour revisiter le nouveau cadre harmonisé de gestion des finances publiques de l’Uemoa et surtout appréhender, à sa juste dimension, le rôle prépondérant, voire avant-gardiste que doit jouer, inéluctablement le Trésor public, dans la conduite et la mise en œuvre effective des réformes budgétaire et comptable de l’Etat.


Le président de ladite amicale, dans son discours de bienvenue, dira que « ce nouveau cadre harmonisé, issu de l’application des directives communautaires, allie de façon cohérente et intelligente, les instruments modernes de gestion et la prise en compte d’une dimension sociale dans la gestion des finances publiques ». Et M. Mame Alassane DIAGNE de continuer pour dire : « il apparaît, ainsi, clairement que cette réforme, qui s’inscrit dans une dynamique continue d’adaptation des textes, traduit la volonté des pouvoirs publics de la zone de l’UEMOA de hisser nos systèmes de gestion des finances publiques au niveau des standards internationaux et, subséquemment, lutter collectivement et efficacement contre la pauvreté ».
Les participants à ce dîner-débat auquel ont pris part M. Mamadou SARR, Directeur de Cabinet du Ministre du Budget, M Abdoulaye SAMB, Coordonnateur de la Direction générale de la Comptabilité publique et du Trésor, ont eu droit à deux communications suivies de débat.

La première présentée par Emile Charles CISS, a trait aux « Innovations du nouveau cadre harmonisé des finances publiques : mise en œuvre et impact sur le budget de l’Etat ». Le Directeur des Systèmes d’information à la Direction générale des Finances précise que la réforme intègre le principe de performance avec la mise en place des budgets-programmes. En d’autres termes, l’on passe d’un budget de moyens à un budget de résultats à partir de 2017.

« Toutes les ressources qui seront mises à la disposition des gestionnaires publics devront concourir à la mise en œuvre d’une politique publique et l’évaluation sera faite pour s’assurer que les ressources ont été utilisées à bon escient » soutient M. CISS.
La deuxième communication, relative à « la réforme des finances publiques dans l’UEMOA : la qualité comptable un objectif de politique publique » porte la signature de M. Moussa TOURE, Trésorier Payeur régional de Kaolack. Il a mis l’accent sur les changements profonds qui vont intervenir sur la tenue des comptes. Il invite ses collègues à ne pas rater le train de l’histoire.

Rappelons que Le conseil des ministres de l’Uemoa a adopté en mars et juin 2009, six directives du cadre harmonisé des finances publiques. Il s’agit, rappelons-le, des directives portant code de transparence dans la gestion des finances publiques, loi de finances, règlement général sur la comptabilité publique, nomenclature budgétaire de l’Etat, Plan comptable de l’Etat et Tableau des opérations financières de l’Etat. Ces directives s’inscrivent dans un processus permettant une gestion rigoureuse, efficace et transparente des finances publiques.

Auparavant, la troupe Kocc Barma de Rufisque a eu à égayer la salle avec un sketch de sensibilisation sur le Trésor public et les enjeux de la réforme.

Multimédia
Newsletter